Votre enfant 3-5 ans

Rentrée en petite section de maternelle


En faisant ses premiers pas dans le monde des grands à la petite section de maternelle, votre enfant acquiert l'autonomie qui va lui ouvrir bien des portes.

Petite section : il est à la recherche de la fusion

  • A 3 ans, votre tout-petit ne prend pas encore beaucoup de distance par rapport aux adultes qui l'entourent. Bien sûr, il n'est plus totalement dépendant comme à sa naissance, mais il a encore besoin d'eux pour comprendre le monde complexe qu'il découvre, et être rassuré. A l'école, en l'absence de papa et maman, il va naturellement chercher à fusionner avec son maître ou sa maîtresse. Seulement voilà, les vingt-cinq autres petits anges qui sont dans la classe ont la même tendance !

Et moi, et moi, et moi !

  • Un tout-petit de 3 ans se préoccupe peu des autres enfants : il est dans une phase individualiste et égocentrique. Devant lui s'étend l'indispensable tâche de construire son identité, de forger son " moi ". Il n'est pas dans une phase qui le pousse à s'intéresser aux autres. Résultat, dans la cour, il joue à côté de ses camarades, rarement avec eux. Les copains, ce n'est pas encore l'heure.

En petite section : il apprend avec son corps

  • L'intelligence de votre enfant fonctionnant essentiellement sur un mode concret, à cet âge, tout apprentissage passe surtout par le corps et les cinq sens : il faut qu'il bouge, touche, manipule, etc. Bien sûr, les programmes de petite section de maternelle sont conçus pour répondre à cette spécificité.
  • Mais la maîtresse doit aussi faire respecter la discipline dans sa classe, apprendre aux enfants à rester assis, à se taire, à ranger… Dès lors, les frustrations sont inévitables.

Comment l'accompagner ?

  • Face à l'univers inconnu de l'école et à une maîtresse qui ne peut s'occuper de lui en exclusivité à tout moment, il est probable que votre enfant soit un peu angoissé en début d'année. Veillez donc à lui procurer toute la sérénité nécessaire à la maison, en lui assurant par exemple un rythme de vie très régulier et répétitif, qui insiste sur les rituels, particulièrement celui du coucher.
  • Essayez aussi de ne pas vous laisser déborder par vos propres angoisses (pas si facile de se séparer de son tout-petit !), car vous n'aimeriez pas les lui transmettre, n'est-ce pas ?
  • Votre enfant va devoir faire d'inévitables efforts, se plier aux règles exigeantes de l'école (horaires, promiscuité, discipline, concentration… ). Alors, organisez-lui des moments de détente : balades, piscine, jeux d'extérieur… mais aussi des plages de liberté.

Isabelle Gravillon